Caisse nationale du réseau des Urssaf

Collection régionale n° 8 - Octobre 2010
L’emploi et la masse salariale en Haute-Normandie au 1er semestre 2010

Amorcé fin 2009, le ralentissement de la dégradation de l’emploi continue en 2010. En un an, l’effectif salarié diminue de -1,1% à fin juin 2010, contre -3,5% à fin décembre 2009. Les pertes nettes d’emplois enregistrées sur 12 mois s’élèvent à -5 268 postes.

En rythme trimestriel, l’emploi se stabilise à partir du 4ème trimestre pour atteindre à fin juin 2010 un volume de 477 192 salariés (-0,1%). Ce contexte pourrait laisser pressentir un retour aux créations d’emplois sur les périodes à venir. D’ailleurs le dynamisme de l’emploi intérimaire permet de nouveau une hausse de l’emploi salarié dans les secteurs marchands.

Toutefois, les effets de la crise restent présents et les destructions d’emplois dans l’Industrie se poursuivent mais à un rythme moins soutenu que précédemment.

La situation s’améliore dans toutes les régions, mais la Haute-Normandie enregistre la plus mauvaise évolution annuelle. Elle reste inférieure d’1 point à celle du niveau national (-0,1% sur un an Métropole et DOM contre 1,1% en Haute-Normandie).

Le taux de chômage régional s’établit à 10,2% à fin juin 2010, contre un taux national de 9,3%.

La décélération des pertes d’emplois est plus favorable dans l’Eure puisqu’elle affiche une diminution annuelle de -0,8% contre -4,1% à fin 2009; la Seine-Maritime connait une baisse de -1,2% contre -3,3% à fin 2009. Les 2 départements enregistrent une perte nette annuelle respective de -1 000 et de -4 182 emplois.

La masse salariale versée par les entreprises du secteur concurrentiel en Haute-Normandie progresse de +0,7% en un an, contre +2,1% au niveau national. Là aussi la région occupe le dernier rang, seule région à afficher un taux d’évolution inférieure à 1%. La progression est plus favorable pour l’Eure (+1,3%) que pour la Seine-Maritime (+0,4%). Cette évolution annuelle confirme néanmoins le renversement de tendance observé en rythme trimestriel dès le 3ème trimestre 2009. Le salaire moyen par tête (SMPT) s’accroît de +2,4% en un an, comparativement +2,8% au niveau national. Cette hausse reflète l’impact favorable de l’accroissement des heures supplémentaires; toutefois le SMPT en valeur reste inférieur de 6% au salaire moyen national.

Mis à jour le 01/10/2010

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et pour vous permettre de partager des contenus de notre site via les réseaux sociaux. Pour en savoir plus.

x