Caisse nationale du réseau des Urssaf

Acoss Stat n° 8 - Septembre 2003
L'évaluation de l'économie souterraine : un recensement des études

Par nature, l’économie souterraine est difficile à évaluer. La multiplicité des termes employés pour rendre compte de ce phénomène montre la difficulté à le définir et à délimiter son champ. Les diverses méthodes jusqu’à présent développées pour évaluer la dissimulation d’activité (méthodes dites « microéconomiques» ou « macroéconomiques») débouchent sur des estimations de la taille de l’économie souterraine très variables, et ceci pour un même pays et une même période. Le domaine de l’évaluation de l’activité dissimulée est ainsi caractérisé  par la fragilité des estimations. Mais les enjeux financiers en cause et les conséquences négatives majeures de ce phénomène nécessitent qu’on l’évalue précisément : érosion des assiettes sur lesquelles portent les taxes et charges sociales, évaluations biaisées des principaux agrégats économiques sur lesquelles se fondent les politiques économiques, distorsions de concurrence entre les entreprises, iniquité entre les individus par rapport à la couverture sociale.

Selon l’Insee, l’économie au noir en France (sur le seul champ des activités licites) aurait représenté environ 4 % du PIB en 1988. Ainsi, l’insuffisance d’études et la fragilité des estimations existantes appellent des travaux supplémentaires en matière de recherche des méthodes appropriées d’évaluation.

Mis à jour le 17/09/2003

Documents à télécharger

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et pour vous permettre de partager des contenus de notre site via les réseaux sociaux. Pour en savoir plus.

x