Caisse nationale du réseau des Urssaf

Acoss Stat n° 317 - Décembre 2020
Les indépendants : une croissance portée depuis 10 ans par l'auto-entreprenariat

Fin 2019, on dénombre près de 3,6 millions de comptes travailleurs indépendants. Ils étaient 2,6 millions en 2009. La croissance annuelle moyenne, qui s’élève à 3,3 % depuis 2009, résulte principalement de la mise en place du statut d’auto-entrepreneur.

Fin 2019, les auto-entrepreneurs représentent près d’un indépendant  sur deux (47,6 %) parmi les inscrits. 68,4 % sont dits « économiquement actifs » parce qu’ils génèrent un chiffre d’affaires positif sur l’année.

Hors professions médicales, les autres travailleurs indépendants, dits « classiques », exercent principalement dans le BTP, la restauration, le conseil ou encore dans l’industrie.

Les travailleurs indépendants sont en majorité des hommes (61,6 %), qu’ils soient auto-entrepreneurs ou non. L’âge moyen est de 45 ans. Les auto-entrepreneurs sont en moyenne plus jeunes (41 ans) que les travailleurs indépendants classiques (48 ans).

Pour 2018, 85,6 milliards d’euros de revenus ont été déclarés par l’ensemble des travailleurs indépendants, pour un revenu moyen de 28 553 euros. Celui-ci est de 41 969 euros pour les travailleurs indépendants classiques et de 5 593 euros pour les auto-entrepreneurs.

Les TI classiques présentent de fortes disparités de revenus moyens entre les secteurs, tandis que les AE affichent des revenus sectoriels plus homogènes. Les revenus moyens sont également dispersés au sein des secteurs, notamment  dans ceux de la médecine et des activités juridiques, spécifiques aux TI classiques.

L’analyse régionale révèle aussi des disparités ; la croissance du nombre de travailleurs indépendants est plus élevée en Île-de-France et dans le sud de la métropole, où la pénétration du dispositif auto-entrepreneurs est la plus importante.  Si le revenu moyen des travailleurs Indépendants classiques est plus élevé dans le Nord, les écarts entre régions des  revenus des AE sont moins significatifs.

Enfin le travail indépendant se cumule parfois avec une activité salariée dans le secteur privé. Fin 2019, 15,5 % des indépendants sont également salariés (polyactifs) : 6,5 % des TI classiques, et 21,4 % des AE. Leurs revenus sont dans ce cas deux fois moins importants que ceux des indépendants non salariés dans le secteur privé.
 

Mis à jour le 16/12/2020

Documents à télécharger

Sources et méthodologie

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et pour vous permettre de partager des contenus de notre site via les réseaux sociaux. Pour en savoir plus.

x