Caisse nationale du réseau des Urssaf

Acoss Stat n° 289 - Juillet 2019
Les micro-entrepreneurs en 2018 : un nouvel élan qui confirme l'attractivité du dispositif

Fin 2018, dix ans après la mise en place du statut d’auto-entrepreneur, on dénombre 1,36 million de micro-entrepreneurs (ME). Ils représentent 42 % de l’ensemble des travailleurs indépendants (hors secteur agricole), contre 26 % en 2011, deux ans après la mise en place du statut.

Après avoir été relativement constant entre 2011 et 2016, le nombre d’immatriculations au dispositif a connu une accélération en 2017 qui s’est nettement amplifiée en 2018. 461 000 nouvelles immatriculations ont en effet été enregistrées en 2018, soit 23,7 % de plus qu’en 2017. Avec 280 000 radiations, le nombre de micro-entrepreneurs progresse ainsi de 15,4 % en 2018.

Les secteurs du transport, avec l’essor des plateformes de livraison à domicile, des activités immobilières, des activités de nettoyage, des activités sportives et de la santé sont les secteurs qui connaissent les plus fortes progressions.

Parmi les ME inscrits fin 2018, un peu plus des trois quarts ont généré un chiffre d’affaires au cours de l’année.

Le chiffre d’affaires global déclaré s’établit à 12,4 milliards d’euros en 2018, soit 24,9 % de plus qu’en 2017. Cette progression s’explique à la fois par celle du nombre de ME économiquement actifs (+ 13,3 %) et par celle du chiffre d’affaires moyen (+ 10,2 %), lequel s’établit désormais à 11 298 euros par an.

Ces augmentations ont été largement favorisées par le doublement au 1er janvier 2018 des plafonds de chiffres d’affaires ouvrant droit au dispositif ME. Ainsi, les seuls ME déclarant en 2018 un chiffre d’affaires supérieur aux plafonds 2017 contribuent à hauteur du quart de la hausse du nombre de ME économiquement actifs et à hauteur des deux-tiers de celle du chiffre d’affaires global. En outre, la progression du chiffre d’affaires moyen est fortement portée par les ME déclarant les chiffres d’affaires les plus élevés.

En 2018, un tiers des ME économiquement actifs ont aussi une activité salariée dans le secteur privé. Ces ME salariés sont globalement plus jeunes que la moyenne, occupent un emploi salarié plus souvent à temps partiel, en général dans un secteur différent de celui de leur micro-entreprise, et dégagent de celle-ci un chiffre d’affaires plus faible que les autres ME.

Toutes les régions métropolitaines affichent des hausses soutenues du nombre de ME économiquement actifs et du chiffre d’affaires moyen annuel. L’Ile-de-France est celle qui  est la plus dynamique sur les deux aspects : respectivement + 18,3 % et + 13,1 %.

Pour aller plus loin

"Les micro-entrepreneurs fin décembre 2018", Acoss Stat n°288, juillet 2019.

Mis à jour le 16/07/2019

Documents à télécharger

Sources et méthodologie

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et pour vous permettre de partager des contenus de notre site via les réseaux sociaux. Pour en savoir plus.

x